RIP ya Hajji

J’ai appris que la petite vieille du hammam el sheikh à Saïda était décédée. On l’appelait “Hajji” car elle avait effectué le pélerinage à La Mecque, et je n’arrive pas à me souvenir de son prénom.

Après nous avoir gratté le dos, dégagé la couche de peau morte et fait craquer les os au hamman, elle nous avait embarqué chez elle boire un thé, une bonne occasion pour rameuter toutes les voisines. “Nous”, c’était Saena, Max et Nicolas.

Hajji avait aussi bien rigolé en voyant les torses glabres des deux Français au hammam, les Libanais ayant une forte tendance velue. Puis avait continué à rigoler pendant que Saena mimait la conversation que nous tentions d’avoir, vu qu’Hajji ne parlait qu’arabe et que nous alignions péniblement deux mots.

Alors pour les fous-rire, le thé, les porte-clés à l’effigie d’Hassan Nasrallah et les chapelets ramenés de La Mecque qu’elle nous avait offert, et surtout pour cet inoubliable moment, Allah Yarhamik ya Hajji.

Et en persan, de la part de Saena : khodaa biaamorzatesh

Une des deux seules photos que j’avais prises : Hajji entourée de Max et Nicolas

Hajji entourée de Max et Nicolas

Posted in Uncategorized | Leave a comment

On a plus de gouvernement mais on a les Guns N’Roses (et des photos pourries)

C’était fort sympathique ce concert samedi soir. Surtout qu’à part Knockin’ on Heaven’s Door, je ne connaissais aucune autre chanson du groupe.

20130401-010953.jpg

20130401-011019.jpg

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , | Leave a comment

Le monde est trop petit pour ceux qui voyagent

C’est l’histoire d’une rencontre éphémère, de celles qui vous marquent, que vous n’oublierez pas. C’est l’histoire de deux êtres qui se croisent pour peut-être ne jamais se revoir. L’histoire de deux être sur un bord de mer, sous le soleil, exactement.

L’un s’en va, l’autre reste. Du déjà-vu pour les nomades, un de plus sur une longue liste. Mais le monde est trop petit pour ceux qui voyagent.

Alors on apprend. On apprend à perdre des êtres, à les retrouver, peut-être. On apprend à vivre sur l’instant, à ne rien prévoir car les chemins sont trop sinueux et trop sombres. On apprend à marcher seul. On n’apprend pas à chercher les eaux calmes, on apprend à naviguer en pleine tempête.

Car la vie ne se trouve pas sur votre canapé. La vie, c’est le goût de la mer, un rayon de soleil à 10 000 kms, l’odeur des fleurs d’oranger. La vie, ce sont ces multiples êtres qui croisent votre route, et marchent un peu avec vous.

La vie, c’est aussi quand tout se brise, qu’il faut ramasser les milliers de petits éclats et tout reconstruire en n’oubliant jamais que Rome ne s’est pas faite en un jour. Reconstruire entre deux crises de larmes et deux éclats de rire. Puis vivre avec les fêlures.

Et surtout vivre en sachant que le monde est trop petit pour ceux qui voyagent.

 

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , | Leave a comment

Beyrouth, ce perpétuel chantier

20130309-213959.jpg

Posted in Uncategorized | Tagged , | Leave a comment

“Liban, des guerres et des hommes”

“Le Liban est un petit pays, de la taille du département de la Gironde et, pourtant, il est dans notre imaginaire vaste comme un continent” 

Bouleversant. Et terrible. Le film de Frédéric Laffont raconte l’histoire que le Liban n’arrive pas à écrire. L’histoire de ces guerres qui ont déchiré le pays, et meurtri les âmes. Ces guerres où des frères se sont entretués, jusqu’à l’absurde.

Liban, des guerres et des hommes

Diffusé sur France 5 à partir de dimanche 27 janvier, la série de trois documentaires de 52 minutes couvre une période de 1975 – début de la guerre civile qui ne s’est terminée qu’en 1990 – à 2012. Pas de paroles officiels, de témoignages d’hommes politiques ou de leaders religieux. Les Libanais racontent leur histoire et leurs histoires à la première personne, ne parlant que pour eux-même et non pas au nom d’un clan ou d’une confession. Pas question non plus de dire une énième fois que la guerre est sale, on l’aura compris. Frédéric Laffont donne la parole à ceux qui ne l’ont pas assez eu.

Continue reading

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , , , , , , | 1 Comment

L’élection présidentielle française vue du Liban

Le scrutin intéresse les Libanais, et beaucoup de binationaux se sont rendus aux urnes dimanche. Ils sont 15 000 inscrits sur les listes électorales (14 730 plus précisément) : le taux de participation a atteint 51,5 % (contre 80% en France). Comme en 2007, ils ont largement plébiscité Nicolas Sarkozy, qui plafonne à 54,4 % contre 19,8% pour François Hollande. (Ajout du 25 avril) Marine Le Pen a recueilli 684 voix. Et Jacques Cheminade passe devant Nathalie Arthaud (25 voix contre 20 pour la candidate de LO).

La presse nationale s’est aussi penchée sur l’élection. Revue des canards.

Continue reading

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , | Leave a comment

The Lebanon I dream of…

Ce beau documentaire compile des interviews de personnalités libanaises qui dénoncent les blocages des institutions et de la société.

Le film commence par des images d’un Liban idyllique (qui m’ont arraché des larmes de nostalgie), celui que tout Libanais ou tout étranger qui a foulé ce sol gardent dans son coeur. Puis c’est un Liban ravagé par les dysfonctionnements et, il faut le dire, la bêtise de beaucoup, qui nous ait donné à voir.

45 personnalités demandent alors à la jeunesse libanaise de se lever, d’arrêter de suivre des dirigeants incompétents qui ont mis le pays à plat et de sauver leur pays: dénonçant les nombreux problèmes  – environnement, économie, droits de l’homme, non respect des lois, corruption, clientélisme et j’en passe… – qui empoisonnent la vie quotidienne des Libanais, ils demandent à cette jeunesse d’utiliser les deux seuls moyens qui selon eux pourraient faire changer la situation: le vote et l’éducation.

Un bon aperçu des défis que rencontrent aujourd’hui le Liban. En espérant que la jeunesse des autres pays arabes influence (un peu) les jeunes Libanais

(Film produit et dirigé par Pierre Dawalibi)

Posted in Uncategorized | Tagged , , , , | Leave a comment