A Arsal au Liban, 30 000 Syriens en détresse

Alors que l’armée syrienne a repris la ville de Qara, située dans la région de Qalamoun mi-novembre, les habitants ont fui vers la localité d’Arsal au Liban. Plus de 12 000 personnes ont franchi la frontière en une semaine. La ville manque de moyens pour les accueillir dans des conditions décentes alors que l’hiver s’installe. Pro-opposition, la ville est entourée par des villages qui soutiennent le régime d’Assad, et sert de base arrière aux rebelles syriens. Si l’armée régulière reprend la région, Arsal risque de se retrouver isolée. Reportage.

Arsal
La ville de Arsal, située dans les montagnes de l’anti-Liban à 1500 mètres d’altitude, comptait 35000 habitants avant la guerre en Syrie. Composée majoritairement de sunnites, elle sert de base arrière aux opposants syriens. Elle est entourée de villages à majorité chiites qui soutiennent le régime de Bashar el Assad et où le Hezbollah est très présent. -©TV5MONDE/Margaux Bergey

A l’intérieur du hangar vétuste, il fait un froid glacial. Dans la pénombre s’entassent une soixantaine de familles, tout juste arrivées de Qara, une ville de la région de Qalamoun. Ils ont fui les bombardements de l’aviation syrienne. Des enfants crasseux courent au milieu des femmes. Emmitouflées dans leurs longs manteaux, elles racontent toutes la même histoire : les avertissements de l’armée, les bombes qui pleuvent, la fuite précipitée vers Arsal. Il n’y a pas d’eau ni d’électricité et certains enfants vont presque pieds nus alors que la température ne dépasse pas 5 degrés. Arsal est à 1 500 mètres d’altitude dans la chaîne de montagnes de l’anti-Liban qui surplombe la plaine de la Békaa. A Qara, ils ont entendu les rockets tomber « pour faire peur aux gens et les forcer à fuir », racontent les femmes. « Le régime vise tout le monde, il attaque et on ne sait pas ce qu’il veut ». Encore sous le choc, elles ont du mal à réaliser ce qui leur arrive. « C’est très dur ce qu’il se passe, pour nous, pour les enfants et les personnes âgées ». Le repas du soir sera composé de pain et de conserves de fèves, donnés par une ONG locale et vaguement réchauffées sur de petits réchauds à gaz. Plus loin, des groupes d’hommes observent avec méfiance la venue de journalistes. Seul les femmes accepteront de raconter leur périple.

Dans les locaux de l’ONG libanaise Salam, Jihane et Farah (les noms ont été changés, ndlr) se reposent enfin. Elles sont arrivées à Arsal vendredi 15 novembre. Epuisées, elles ont encore du mal à raconter ce qui leur arrive. L’histoire est la même que pour les femmes du hangar : les bombardements, puis la fuite. Jihane et Farah n’ont pu emporter que les vêtements qu’elles portaient.  « Quand l’armée rentre dans une ville, elle vole dans les maisons, elle nous prend notre argent », raconte Jihane.

Depuis le 15 novembre, l’armée syrienne appuyée par le Hezbollah libanais a lancé une offensive sur la région de Qalamoun, région frontalière au Liban entre Homs et Damas. Le régime veut reprendre cette zone contrôlée par l’opposition. La ville de Qara a été pilonnée par l’aviation, les 20 000 habitants et 30 000 déplacés internes ont fui. Les réfugiés rencontrés à Arsal tout comme les autorités locales craignent que les autres villes de Qalamoun soient attaquées par le régime.

La bataille de Qara aurait pu ne pas avoir lieu. Vendredi 15 novembre, les habitants avaient conclu un accord avec l’armée syrienne : elle hisserait son drapeau et paradrait dans la ville pour montrer qu’elle avait gagné, et épargnerait habitants et habitation. « Mais l’armée a ensuite exigé plus, notamment que les habitants livrent les personnes qu’elle voulait arrêter » explique Ahmad Fliti, l’adjoint au maire de Arsal. Les habitants ont refusé, l’armée a alors attaqué.

La suite sur TV5 Monde – publié le 26 novembre 2013

Advertisements

About margaux bergey

journaliste
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s