“Liban, des guerres et des hommes”

“Le Liban est un petit pays, de la taille du département de la Gironde et, pourtant, il est dans notre imaginaire vaste comme un continent” 

Bouleversant. Et terrible. Le film de Frédéric Laffont raconte l’histoire que le Liban n’arrive pas à écrire. L’histoire de ces guerres qui ont déchiré le pays, et meurtri les âmes. Ces guerres où des frères se sont entretués, jusqu’à l’absurde.

Liban, des guerres et des hommes

Diffusé sur France 5 à partir de dimanche 27 janvier, la série de trois documentaires de 52 minutes couvre une période de 1975 – début de la guerre civile qui ne s’est terminée qu’en 1990 – à 2012. Pas de paroles officiels, de témoignages d’hommes politiques ou de leaders religieux. Les Libanais racontent leur histoire et leurs histoires à la première personne, ne parlant que pour eux-même et non pas au nom d’un clan ou d’une confession. Pas question non plus de dire une énième fois que la guerre est sale, on l’aura compris. Frédéric Laffont donne la parole à ceux qui ne l’ont pas assez eu.

Le flot de paroles est parfois glaçant. “On s’est battu avec la conscience tranquille” raconte l’un. “La guerre devenait un jeu” pour un autre. Les armes réfléchissaient à la place des cerveaux, et à la fin, on ne savait plus pour quoi et contre qui on se battait. Des alliés sont devenus ennemis, des frères se sont massacrés.

“Ce n’était plus une guerre, c’était un vaste crime”. 

Dans ce petit pays où “les vivants et les fantômes vivent ensemble” et où les manuels d’Histoire s’arrêtent en 1943 – date de l’Indépendance – , ce film est peut-être le début de la thérapie dont le Liban a grand besoin.

“Liban, des guerres et des hommes”, à voir absolument à partir de dimanche 27 janvier à 22h sur France 5 

A lire aussi: 

L’interview de Frédéric Laffont sur France 5

Le billet de Philippe Rochot : ” ‘A Sabra et Chatila, on se prenait pour Rambo…’ ” 

Advertisements

About margaux bergey

journaliste
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to “Liban, des guerres et des hommes”

  1. RAD says:

    je trouve juste dommage que ce documentaire n’ait pas évoqué le temps des émirs libanais.. j’aime bien ce petit parallèle : le fondateur du Liban a été exécuté par les ottomans le 13 avril 1635 et la guerre civile libanaise a eu comme point de départ (certain) les agissements du 13 avril 1975.
    sinon je suis d’accord, le Liban a besoin d’une thérapie, voire plus..

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s