Summer Heat

30 degrés, et une humidité étouffante. Parmi les petites choses qui vous font remarquer que la vague de chaleur estivale est bien installée, le fait de devoir rester sous un parasol à la plage est révélateur. La vie est dure, parfois.

L’été est chaud, très chaud. Ramadan kareem tout d’abord. Nous sommes le 1er août, et le mois sacré a commencé aujourd’hui. Un commencement sur les chapeaux de roues marqué par un échange de tirs entre les armées libanaises et israéliennes ce matin.

Pas de blessés, mais une inquiétude qui monte quand on sait que la moindre étincelle peut mettre le feu à cette poudrière. Tout est rentré dans l’ordre, la Finul a ouvert une enquête, mais si les deux côtés pouvaient arrêter de s’exciter au moindre pas de travers du voisin, ça ne ferait de mal à personne.

Sinon, le Hezbollah et ses rivaux gesticulent et brassent de l’air sur, au hasard, les armes du parti de Dieu, le Tribunal Spécial pour le Liban et les quatre mandats d’arrêts émis fin juin, la légitimité du gouvernement… etc. En revanche, tenter de s’occuper de vrais problèmes comme, au hasard toujours, l’électricité qui coupe trois fois par jour, la situation économique désastreuse, le chômage, la gestion de l’eau calamiteuse, et les connexions internet reléguant le pays au stade du sous-développement, ne semble pas à l’ordre du jour.

Pendant ce temps-là à Veracruz en Syrie, on massacre gentiment. 140 morts hier, dont une centaine rien que dans la ville de Hama. Mauvaise réminiscence de 1982, où 20 000 personnes avaient été massacrées pour réprimer un soulèvement islamiste (le mouvement des Frères Musulmans est interdite en Syrie). Impossible pour la presse étrangère de vérifier les informations qui sortent du pays, la Syrie leur est interdite.

Bref, on attend Godot. Dans la chaleur moite de l’été, tout n’est qu’incertitude: une éventuelle chute de Bashar el-Assad va-t-elle déstabiliser le Liban? Quand l’invasion de méduses sur les plages va-t-elle enfin cesser (j’ai peur des méduses)? L’éventuelle reconnaissance d’un Etat Palestinien à l’Onu en septembre va-t-elle entraîner un enchaînement de violence dans la région? Saad Hariri va-t-il rentrer à Beyrouth? Comment le régime de Damas va-t-il s’y prendre pour attiser les tensions au pays du Cèdre et détourner les yeux de la communauté internationale? Aura-t-on un jour le haut débit au Liban? Le gaz et le pétrole au large des côtes libanaises et israéliennes et le litige sur la frontière maritime, tout cela va-t-il conduire à un conflit ouvert entre les deux ennemis? Vais-je pouvoir revenir au Liban une fois mon diplôme en poche? Qui a commis les attentats contre la Finul et quel est le message derrière ces attaques?

A méditer, sous le soleil. Et en écoutant Janis Joplin

(Photo: Flickr, George P Burdell)

Advertisements

About margaux bergey

journaliste
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Summer Heat

  1. Olivia says:

    Cet article traduit très exactement l’ambiance qui régnait au Liban lorsque je l’ai quitté fin juillet : des signaux alarmants, mais en même temps, une forme de vie insouciante qui suit son cours…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s