L’acte d’accusation du TSL remis à Beyrouth

Le Tribunal Spécial pour le Liban qui enquête sur l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri le 14 février 2005, a remis aujourd’hui un acte d’accusation scellé au procureur général à Beyrouth. Le TSL a également émis quatre mandats d’arrêts. D’après des médias locaux, deux de ces mandats visent des membres du Hezbollah.

Trois membres du tribunal se sont réunis ce matin avec le procureur général Saeed Mirza. Le Liban a désormais 30 jours pour arrêter les quatre suspects, après quoi le TSL rendra public les accusations et convoquera les suspects devant la cour de La Haye.

Pour le moment, le Hezbollah n’a pas réagi, mais le ministre d’Etat pour le Développement administratif, Mohammed Fneish, membre du parti chiite, a déclaré que que le parti aura pris connaissance du contenu de l’acte d’accusation “nous le commenterons”.

Cette fois-ci, plusieurs signes annonçaient la remise imminente de l’acte d’accusation. Les fois précédentes, on pouvait lire grosso modo cette même phrase: “selon des sources diplomatiques, l’acte d’accusation sera publié d’ici dix jours/deux semaines/trois semaines”. Mais dès le début de la semaine plusieurs signes ont démontré que la rumeur pouvait devenir réalité. De plus, les juges libanais du TSL sont partis pour La Haye il y a quelques jours. Tout d’abord, les juges libanais sont partis pour La Haye il y a quelques jours. Ensuite, selon la radio Voix du Liban,  des membres du Hezbollah ont attaqué  à jets de pierres un convoi de la Finul dans le sud du pays, incident vite contenu par l’armée libanaise.  Coïncidence? Je ne crois pas. Ce n’était peut-être qu’un incident isolé, mais la timing révèle l’inquiétude croissante du parti de Dieu face à l’imminence des accusations du Tribunal.

Le TSL, une épine dans la vie politique libanaise

Les disputes sur le TSL continuent de parasiter la vie politique libanaise. Le gouvernement d’union nationale de Saad Hariri avait chuté le 12 janvier dernier après la démission de 11 ministres du 8 Mars, en désaccord avec le camp de la majorité sur cette question.

En outre, le nouveau gouvernement a planché sur la déclaration de politique générale: le comité de douze membres chargé de sa rédaction s’est réuni en début de semaine afin de trouver un compromis entre le camp du 8 Mars qui rejette le TSL, et le 14 Mars qui le soutient. Le Premier ministre Najib Mikati doit trouver une formule qui contentera les deux parties, et qui n’attirera pas les foudres de la communauté internationale. Car si aucune décision n’est prise trente jours après la formation du gouvernement, celui-ci est considéré comme démissionnaire, et en charge des affaires courantes, comme l’a précisé le président de la Chambre des députés Nabih Berri.

Le nouveau gouvernement réitère son soutien au TSL

Finalement, le suspens insoutenable a pris fin aujourd’hui puisque le cabinet de Najib Mikati s’est mis d’accord sur cette fameuse déclaration. Le ministre de l’information Walid al-Daouq en a révélé les grandes lignes, déclarant que le gouvernement affirmait son soutien à l’application de la résolution 1701 des Nations Unies et soulignait “l’importance de faire la lumière sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri (…) Ceci inclut la poursuite du fonctionnement du Tribunal Spécial pour le Liban”.

Advertisements

About margaux bergey

journaliste
This entry was posted in Uncategorized and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s